Faculté de théologie et de sciences des religions
Comprendre. Agir.

AccueilLorem IpsumIpsum

Élie Wiesel s’éteint mais son message est toujours retentissant

2016-07-14 | AVIS DE DÉCÈS

 

Élie Wiesel

Dans l’ordre habituel : Jean-Marc Charron, Élie Wiesel et le recteur Robert Lacroix

« Tu ne te tiendras pas indifférent devant le sang versé par tes frères. » Tel est le message retenu par le journaliste Mathieu-Robert Sauvé (Forum) lors du passage à l’Université de Montréal d’Élie Wiesel en 1999. Prix Nobel de la paix en 1986, Élie Wiesel est un journaliste et un philosophe américain qui a beaucoup réfléchi au problème du mal et à l’étude de la Shoah. Rescapé des camps de la mort pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’écrivain juif d’origine hongroise est l’auteur d’une cinquantaine de livres dont Le testament d’un poète juif assassiné (1980), Le cinquième fils (1983) et Signes d’exode (1985) qui questionnent le silence de Dieu.

C’est en raison de son apport à la réflexion théologique sur le mal que l’Université de Montréal, sous le parrainage du doyen de la Faculté de théologie, décernait un doctorat honorifique à Élie Wiesel en 1999. C’est au cours de la Collation solennelle des grades de troisième cycle qu’il a reçu cet honneur. Le discours qu’il a fait ce jour-là dressait un triste bilan du 20e siècle mais il a ému l’assistance qui l’a accueilli par une ovation exceptionnelle.  

Le 30 septembre 1928 à Sighetu Marmatiei (Roumanie), Élie Wiesel a été déporté avec sa famille par les nazis à Auschwitz-Birkenau (Pologne), puis Buchenwald (Allemagne) en 1944. Libéré par les Américains en avril 1945, il a été emmené en France et y vit jusqu’en 1956. Il y fera des études en philosophie à la Sorbonne et deviendra journaliste et écrivain. En 1963, il devient citoyen américain et obtient une chaire en sciences humaines à l’Université de Boston. Pendant sa carrière, il recevra pas moins d’une centaine de doctorat honoris causa sans compter les récompenses et hommages! Il s’est éteint le 2 juillet 2016 à l’âge de 87 ans.

 

Lire aussi : L’UdeM se souvient d’Élie Wiesel

Source de la photo : Division de la gestion de documents et des archives, Université de Montréal. Fonds du Secrétariat général (D0035). Collation des grades 1999. Photo Bernard Lambert. 28 mai 1999.