Faculté de théologie et de sciences des religions
Comprendre. Agir.

AccueilLorem IpsumIpsum

Mohamed Fadil et la sécularisation de l’islamisme au Maroc

2014-10-23 | SOUTENANCE DE THÈSE

 

Mohamed Fadil et sa directrice de Montréal

Le 1er octobre dernier, Monsieur Mohamed Fadil a défendu sa thèse de doctorat, préparée en cotutelle entre l’Université de Montréal au Canada et l’École pratique des hautes études Paris-Sorbonne en France, pour l’obtention du grade de Ph.D. Sciences des religions (UdeM) et de docteur en sociologie (EPHE) devant un jury dont les membres siégeaient à Montréal, Paris et Lyon. La thèse du candidat s’intitule : « Un groupe religieux à l’épreuve du parti politique. Sécularisation de l’islamisme au Maroc : Mouvement de l’unicité et de la réforme-Parti de la justice et du développement (1996-2011) ». Il était dirigé en co-tutelle par Mme Solange Lefebvre, théologienne et anthropologue, spécialisée dans les questions de la sécularisation (Université de Montréal) et M. Pierre-Jean Luizard, historien et sociologue de l’islam contemporain (Centre national de la recherche scientifique, Paris).

Dans cette thèse, M. Fadil a choisi d’étudier l’évolution d’un groupe religieux marocain, le Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR) dans un parti politique, le Parti de la justice et du développement (PJD). S’appuyant sur une recherche terrain où il a rencontré de nombreux acteurs politiques et religieux liés directement ou indirectement au MUR ou au PJD, le candidat a étudié ce qu’il considère comme un modèle représentatif d’une tendance qui traverse les mouvements islamistes depuis les années 1980 : celle d’un courant politique et religieux qui négocie avec la modernité sur plusieurs niveaux. Une tendance qui représente aux yeux du candidat un rempart contre les mouvements radicaux.

Le jury a été impressionné par la thèse, jugée par ailleurs excellente. On a ainsi recommandé que la thèse représente l’Université de Montréal dans des concours des meilleures thèses dans le domaine, la publication de la thèse et l’inscription du nom du jeune docteur sur la liste d’honneur du doyen de la Faculté des études supérieures et postdoctorales. Cette réussite démontre que Monsieur Fadil est sans doute promis à une brillante carrière de consultant, de chercheur ou de professeur.

Résumé :

Cette thèse étudie l’hypothèse de la sécularisation de l’islamisme au Maroc à travers le modèle du Parti de la justice et du développement (PJD) et de son groupe religieux, Mouvement de l’unicité et de la  réforme (MUR), durant la période allant de 1996 à 2011. Elle pose des questions précises portant sur le devenir du groupe religieux à l’épreuve du parti politique et, par-delà, celle du devenir du religieux à l’épreuve du politique au sein des modes de penser et d’agir du groupe étudié. Le corpus d’analyse de la recherche est le fruit d’un travail terrain réalisé lors de plusieurs séjours de recherche effectués au Maroc entre 2008 et 2014.

Membre du jury :                                   

  • Géraldine Mossière, présidente-rapporteure
  • Solange Lefebvre, directrice de recherche 
  • Pierre-Jean Luizard, directeur de recherche
  • Thierry Zarcone, membre du jury 
  • Lahouari Addi, examinateur externe