FTSR - Témoignages

Faculté de théologie et de sciences des religions
Adam et le créateur

AccueilLorem IpsumIpsum

Simon JodoinSimon Jodoin
rédacteur en chef du magazine Voir
 

« Au cours de mes études, j’ai appris à douter, à remettre en question… l’essentiel pour moi, c’est d’apprendre à formuler de bonnes questions. »

Mineure en sciences religieuses (Université de Montréal, 1995)
Maîtrise en théologie (Université de Montréal, 1998)

Sa formation en théologie ne laissait pas présager qu’il deviendrait rédacteur en chef d’un magazine culturel mais les hasards de la vie l’y ont conduit, au plus grand bonheur de ses lecteurs. Parmi les projets personnels qui l’occupaient pendant ses études supérieures, il y avait la musique et l’écriture d’une chronique dans le mensuel BangBang, dédié à la culture alternative. Au moment de son passage sur le web, le périodique est pris en charge par Communications Voir et on lui en confie la responsabilité. Ce fut sa première expérience médiatique qui a été suivie par un poste à la direction du Voir pour son développement web et ensuite à la rédaction du magazine. Simon est motivé par le désir d’être dans le feu de l’action, entouré de gens allumés. « Dans les médias, surtout en rédaction, on ne sait jamais ce qui va arriver. » Il aime beaucoup ce sentiment d’incertitude permanente où tout peut se produire.

Il rappelle souvent à ses collègues, qui connaissent son parcours académique, que lire les communiqués de presse, les nouvelles, les manchettes, ce n'est pas si différent que de lire les évangiles synoptiques! « Tous partent du même matériel de base, il semble y avoir des sources inconnues, tous racontent un événement sans qu’on sache toujours avec précision qui a vu quoi au juste, mais à la fin, il se trouve des gens pour y croire. Beaucoup de gens même. La critique des sources, passer les croyances au crible de la pensée critique, confronter les faits à la lumière d’autres récits, c’est essentiellement le travail que l’on fait dans les médias. » Cette analogie entre le travail biblique et journalistique implique donc de douter, de questionner. C’est entre autres ce qu’il a appris à la Faculté : « L’essentiel, c’est de déployer des questions. » Sa formation en théologie lui permet aussi, quand l’occasion se présente, d’aborder les sujets religieux avec plus de discernement. Dans le débat sur la charte sur la laïcité par exemple, il figurait parmi les rares commentateurs et chroniqueurs à savoir distinguer le religieux de la religion. Pour lui, cette distinction est fondamentale et guide sa réflexion.